Gabriel Fauré, Quatuor avec piano n°1 le Quatuor Koltès, Martin Surot

 

Le Festival

Laissez-vous guider sur la route du Plateau d’Assy, jusqu’à cette petite église qui invite à découvrir le langage radical de l’art moderne : vous y retrouverez des artistes de tous bords – les communistes Fernand Léger et Jean Lurçat y côtoient les rêveries bibliques de Marc Chagall, ou encore le fervent Georges Rouault…

C’est à ce dernier que les Musicales d’Assy rendent un hommage particulier cette année : personnage secret, voire taciturne, il est l’auteur d’une oeuvre immense qui va des illustrations des Fleurs du mal aux austères gravures du Miserere... Pour lui faire écho, nous avons choisi la figure d’Ernest Chausson ; compositeur encensé par sa génération et trop tôt disparu, ses oeuvres seront présentes pour l’ouverture et la clôture du festival, avec notamment l’émouvante Chanson Perpétuelle chantée par la mezzo-soprano Amaya Dominguez.

Le violoniste Alexis Galpérine vous conduira à la rencontre de cette France de l’avant-guerre : venez donc écouter le concert-conférence sur le thème du renouveau de l’art sacré au XXe siècle, qui vous est proposé en marge de sa master class… Vous y découvrirez les liens qui unissent ces artistes – en particulier le jeune Rouault et l’ombrageux écrivain Léon Bloy, si réfractaire aux audaces de la modernité.
Les concerts de cet été vous donneront à entendre quelques-unes des œuvres parmi les plus marquantes du premier XXe siècle : Fauré et Poulenc vous mèneront ainsi jusqu’aux grondements du fameux Quatuor pour la fin du temps de Messiaen.

Du côté du jazz, c’est à une immersion complète que vous invite cette année le festival le temps d’un weekend, en compagnie du saxophoniste Vincent Lê-Quang : une scène ouverte, une master class d’improvisation-jazz et un concert du Vincent Lê-Quang-Quartet au Jardin des Cimes formeront un ensemble à ne pas manquer !

Pauline Klaus, Directrice artistique